Recherche acteur - Non rém.

#6267 - Par Lucie Dulois le : - Publiée le :

Critères demandés :
Homme, figurant, comédien, age compris entre 18 et 99 ans
Annonce publiée mais non diffusée par email sur le réseau. Nous sommes étudiants de Cinéma-audiovisuel en licence 3 à la Sorbonne Nouvelle. Dans le cadre de la réalisation d’un court-métrage (intitulé Léthé) pour le festival « Objectif Censier », nous recherchons un homme pour incarner notre personnage principal : Nos besoins : un homme entre 20 et 30 ans, mince, à la peau claire, mesurant entre 1m75 et 1m85 Le tournage s’effectuera entre le 6 et le 12 janvier en région parisienne. Nous précisons qu’il s’agit d’un tournage non-rémunéré, mais nous offrons le repas et le café. Voici notre synopsis détaillé : Jusqu'où peut-on aller dans le déni ? Jusqu'où peut-on pousser certaines choses à sombrer dans l'oubli ? Dans notre court-métrage, un homme se retrouve forcé, contraint de se souvenir d'un visage précis, visage qu'il a oublié. Mais pourquoi l'a t-il omis ? Pourquoi doit-il s'en rappeler ? Et à qui appartient cette voix qui l'oblige à se souvenir d'un passé volontairement devenu invisible à ses yeux ? Notre personnage est attaché à un fauteuil dans une pièce indéterminée. Une voix lui intime de se souvenir d'un visage, un visage qu'il a connu et oublié; on pénètre alors dans la psyché, la mémoire de cet homme. On le voit évoluer dans quelques scènes de son quotidien: il rentre chez lui, comme après le travail; on l'observe manger en solitaire... Autant de gestes, d'actions et de moments anodins du quotidien dans lequel on se perd. Des situations si banales et vides qu'il n'est pas nécessaire de s'en rappeler. Pourtant, la Voix lui intime de s'en souvenir précisément, car un visage, oublié dans les méandres de l'esprit et des souvenirs inutiles, fait partie de ce passé. Il en est même une clé. Finalement, cet homme se retrouve dans sa salle de bain, et la voix lui signifie qu'il s'agit bien de ce moment précis dont il doit se souvenir : en effet, dans la baignoire, sa femme (dont on a pu le visage, la silhouette par fragments dans les séquences précédentes) gît morte, probablement assassinée par notre personnage. La voix dans la salle initiale venait de haut-parleurs, et l'homme dont on a pénétré la mémoire assiste en réalité à son procès dans cette pièce vide et déshumanisée. Une fois la sentence pour son crime prononcée, l'homme est emmené sur sa chaise, et une autre personne, sanglée sur le même type de siège, est amenée à sa place. Un nouveau procès peut alors commencer... Il s’agira donc de ce que l’on peut appeler une « œuvre mentale », dans la veine de Memento de Christopher Nolan, La Jetée de Chris Marker, ou encore Johnny s'en va-t-en guerre de Donald Trumbo (1971), films qui obligent le spectateur à plonger dans les souvenirs nébuleux des protagonistes pour avoir des réponses aux questions posées. Nous précisons également que le film est susceptible de tourner dans des festivals. Si vous êtes intéressé par notre projet, ou si vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements, veuillez nous contacter par e-mail à une des deux adresses suivantes : a******@nawak.com / a******@nawak.com