Recherche comédiennes et comédiens tout type pour création théâtrale

#11490 - Par Geoffrey Lopez le : - Publiée le :

Expire le :
05/12/2014
Critères demandés :
Cascadeur(euse), comédien(ne), age compris entre 18 et 99 ans

Dans le cadre d'une création, je recherche 11 comédiens, 3 d'entre eux devront suivre une formation en combat chorégraphié. Cette création se fera d'abord dans un cadre associatif, puis de manière professionnelle si l'équipe fonctionne bien et si les premières représentations sont concluantes.

Le but de ce recrutement est à terme de regrouper une équipe professionnelle qui pourra par la suite tourner sur plusieurs projets : créations ou classiques.


Cette création, assez dense et à la distribution plutôt nombreuse, demande un investissement humain certain, si nous voulons que cette pièce voit le jour, l'équipe doit être disponible et prête à donner son temps.



Une audition groupée aura lieu le vendredi 28 novembre entre 18h30 et 22h45 sur Levallois-Perret (92, direct depuis la gare saint-Lazare)



LÉON, le Triste Sire : 25-35 ans, physique imposant, ténébreux, sportif.


Dérangé, il ne fait pas la différence entre la vie et le théâtre, sa démence lui fait croire qu'il est détesté et moqué de tous. Éperdument amoureux de Rose, il vit très mal d'en être chaque fois écarté sur scène et en a assez de jouer des rôles risibles : le Capitan, le Cocu de vaudeville, etc. Prêt à tout, il décide de changer l'issue d'un duel de théâtre pour obtenir la main de la jeune première. Initialement d'une excellente éducation, il s'exprime dans un langage soutenu et souvent métaphorique.



RICHARD PICOQ, le Vieux, 50-70 ans, de beaux restes.


Célèbre et charmeur, il a sa carrière derrière lui. Libertin et séducteur, il ne cesse de courir après les femmes, mais cache en faisant cela un certain mal être. Ayant été célébré par le passé, il n'a plus aujourd'hui que des rôles inintéressants et son image compte plus que son jeu. Il a accepté pour une bouchée de pain de jouer dans l'équipe de Clarence et campe les rôles de vieux bourgeois et de rois.


AUGUSTE, le Valet, 20-35 ans, physique plutôt rond, beau visage, souriant, sportif.


Aimable et souriant, il est l'ami de Léon et s'inquiète de le voir sombrer dans une profonde mélancolie. Amoureux de Rose, celui-ci a droit à plus de faveurs que son ami, mais chacun des deux ignore l'amour de l'autre. Toujours heureux et bonhomme, il cache pourtant une sensibilité profonde, il joue les valets et les fous.


CLARENCE, le metteur en scène, 25-35 ans, plutôt haut de taille, fin et nerveux, charmant.


Distingué et calme, à l'accoutumée, Sainclair le pousse aux bords de l'hystérie. Emporté, bourré de tics nerveux, il ne cesse de délirer et de crier notamment sur son assistante. Amoureux de Philippe, il sait néanmoins se montrer tendre avec lui et ne cesse de vouloir l'apaiser. Il dirige ses comédiens d'une main de fer et cherche, malgré tout ce qui l'irrite, à demeuré correct et gentleman.


ROSE, l'Amoureuse, 25-35 ans, séduisante et pétillante, sa beauté doit avoir quelque chose d'universel.

Jeune comédienne dynamique, elle fait brûler bien des cœurs, sans s'en rendre compte d'ailleurs. Ambitieuse et hédoniste, elle est une jeune femme moderne, qui ne se prend pas la tête avec tout ce qui pourrait ralentir sa carrière. Caractère ardent, elle joue sans mal néanmoins les jeunes premières ingénues, tout autant que les jeunes femmes plus dures et plus fortes.


ÉLISE, assistante de Clarence, 20-30 ans, jolie fille discrète, fine et/ou petite, d'apparence fragile.


Discrète et effacée, elle est l'assistante du metteur en scène. On ne sait pas grand chose d'elle si ce n'est que sa timidité ne l'empêche pas d'être colérique et de jurer comme un charretier. Amoureuse de Léon, elle l'observe de loin, mais ne peut s'empêcher d'aller le voir quand celui-ci devient étrange.


JUDITH, la Soubrette, mère de Philippe, 45-65 ans, belle femme, souriante, une ressemblance avec Philippe est bienvenue.


Rêveuse et affectueuse, elle est la mère de Philippe et donc la source des problèmes de celui-ci. Elle évoque en parlant de sa jeunesse un certain passé bohème et quelque peu libéré. Elle a élevé seule son fils et a fait sa carrière sans l'aide de personne. Jeune, elle a joué les rôles des soubrettes, maintenant elle campe plutôt des Nourrices et des sorcières.


PHILIPPE, l'Amoureux, 20-30 ans, jeune homme aux traits fins et angélique, sportif.


Jeune premier dans tous les sens du terme, c'est un jeune homme tendre et sincère. Doutant de tout, il n'arrive pas à parler de son homosexualité à sa mère et s'interroge sur l'amour et l'artifice du jeu amoureux au théâtre. Rieur et d'un caractère agréable en temps normal, il est colérique et réservé durant cette période de doute.


RAOUL, l'ouvreur, 50-70 ans, physique atypique, vraie gueule.


Rustre et lourdaud, l'ouvreur du théâtre n'est pourtant pas ce qu'il semble. Malgré son aspect de vieux routier balourd, il a un caractère très protecteur. Ancien professeur de philosophie, devenu clochard, puis habitant du théâtre, il cherche à protéger Élise et à lui donner des conseils. Peu écouté, il se noue néanmoins d'amitié avec Richard, qui le fera même monté sur les planches.


Emma SAINCLAIR, la Directrice du théâtre, 25-35 ans, silhouette élégante.

Ambitieuse et terre à terre, c'est une excellente gestionnaire, absolument dénuée de sensibilité, c'est une femme froide qui n'appartient qu'avec mépris au monde artistique. C'est une mondaine, une snobe, si elle n'a rien d'une artiste elle se sent tout de même l'envergure d'une patronne et d'une redoutable femme d'affaire. Autoritaire et emportée, elle a un côté très décalé.


DOROTHÉE, la Journaliste, 25-35 ans, séductrice et à l'aise dans son corps.


Mondaine et snobe, tout comme la Directrice, elle se complait à naviguer dans l'univers intellectuel et creux de la critique. Journaliste assez renommée, elle est membre du jury du Prix de l'Univers Théâtrale, que convoite Sainclair, et a donc droit à tous les égards. Nymphomane avérée, elle poursuit furieusement Richard Picoq.